• CLIS? Qui? Quoi? Comment?

  • Travailler avec un élève dyspraxique

    Dans ma classe, j'ai un élève diagnostiqué dyspraxique. C'est un enfant très agité, qui se fatigue vite, qui a des difficultés en motricité et en motricité fine. Du coup, il utilise la plupart du temps l'ordinateur de la classe sinon n'importe quelle dictée lui demanderait trop d'énergie. Il revient toujours très énervé et excité de la récréation et ses gestes mal assurés et maladroits énervent les autres élèves.

    Il est plein de capacité et d'envie mais il se dévalorise. Du coup, lorsque j'ai découvert cet ouvrage-ci en me baladant sur le site de Mitsouko, et surtout lorsque j'ai vu que sur Google Books les 100 premières pages sont disponibles, je me suis empressée d'y dégotter des infos intéressantes et des adaptations qui pourraient m'être utiles en classe. 

    100 idées pour aider les élèves dyspraxiques, aux éditions TomPousse.

    (il en existe toute une flopée: 100 idées pour venir en aide aux enfants dysorthographiques, pour développer la mémoire des enfants, pour mieux gérer les troubles de l'attention... à voir...)

     

    Tout d'abord, certaines idées de mon article (ici!) sur les enfants hyperactifs peuvent être retenues pour les enfants dyspraxiques, notamment:

    - préférer une boîte en plastique plutôt qu'une trousse pour que l'enfant (et l'enseignant) visualise facilement les affaires réduites au strict minimum et sur lesquelles figure le nom. 

     

    Travailler avec un élève dyspraxique

     

    - mettre en place des métiers qui permettent de répondre à son besoin de mouvement: distribuer les cahiers, effacer le tableau, circuler dans la classe avec la poubelle pour ramasser les papiers.

     

    - Utiliser des éléments visuels pour s'assurer de l'attention de l'élève au moment de la consigne.

     

    - Encourager, féliciter l'élève, mettre en place un renforcement positif 

     

    Et voici quelques idées trouvées dans le livre:

    - En peinture: privilégier les outils à manches plus gros, travailler avec la feuille sur un chevalet ou directement au sol.

    Abiligrip chez Hoptoy

    Travailler avec un élève dyspraxique

    - Jouer avec des puzzles ou des jeux de construction aident l'enfant dans le développement de ses capacités motrices. On pense d'abord aux puzzles à encastrement ou aux puzzles géants. Voir son puzzle terminé sera la preuve de ses progrès et pourra renforcer son estime de lui-même. 

    Travailler avec un élève dyspraxiqueTravailler avec un élève dyspraxique

    puzzle géant Hoptoy 

    - Jeu de perception visuelle: sur un carton, dessiner une ligne en forme de serpent et demander à l'enfant de la suivre du doigt sans le lever. Les dessins à numéros qu'il faut relier sont aussi intéressants. On peut aussi proposer à l'enfant les ouvrages de "Où est Charlie?" 

    dessin du site Monp'titcoin

    Travailler avec un élève dyspraxique        

     

    - Pour appréhender l'utilisation des ciseaux, on peut entraîner l'enfant avec des pinces à cornichons pour saisir des objets (voir justement l'idée proposée chez Mitsouko ici).

    On peut aussi lui demander de perforer d'une seule main avec une perforatrice de bureau en variant l'épaisseur du papier. 

    Travailler avec un élève dyspraxique Travailler avec un élève dyspraxique  Travailler avec un élève dyspraxique

    L'utilisation de tout objet qui nécessite qui nécessite un serrage de la main est intéressante: agrafeuse, éponge, poire...

    Travailler avec un élève dyspraxique

    Déchirer du papier est aussi un bon entraînement. Tout comme découper des petits bouts de papier, des bouts de paille ou des boudins de pâte à modeler. 

    On peut utiliser des ciseaux d'entraînement à double prise pour y glisser nos doigts et l'orienter.

    ciseaux Hoptoy 

     

    - On peut proposer différents manchons à l'élève pour faciliter la prise en main des outils. Et un taille-crayon à manivelle, plus facilement manipulable. 

    Si l'enfant a du mal à tailler son crayon, on peut utiliser un porte-mine rétractable. Il devra apprendre à gérer sa pression pour ne pas casser la mine. 

    Travailler avec un élève dyspraxique

    Travailler avec un élève dyspraxique Travailler avec un élève dyspraxique Travailler avec un élève dyspraxique      Travailler avec un élève dyspraxique
    Manchons triangulaires Hoptoy Manchons géants Hoptoy Manchons Hoptoy

    Hoptoy

    Manchons Egg-Ohs!

              

    - Placer l'élève au bout d'une rangée pour ne pas qu'il dérange ses camarades s'il remue. Le dos contre le mur peut l'aider à être plus attentif. On peut utiliser des marqueurs lorsque l'élève dyspraxique partage une table pour 2, notamment avec du scotch couleur pour "visualiser" son espace de travail. 

    Et s'il est droitier, le placer à droite de son camarade et inversement.

     

     

    - Toujours le féliciter, installer un système de responsabilités et de récompense pour le valoriser. 

    Travailler avec un élève dyspraxique

     

    - On peut installer un pupitre ou un bureau inclinable pour l'aider à adopter une meilleure posture lorsqu'il lit ou écrit. 

    Plan incliné Hoptoy

    Travailler avec un élève dyspraxique Travailler avec un élève dyspraxique

     

     

    Quoiqu'il en soit, toutes activités de sport ou de motricité fine proposées à l'école est bénéfique pour l'enfant dyspraxique. 

     

    Travailler avec un élève dyspraxique

    Le Pinterest de Dixmois catégorie "Motricité et Espace" est plein d'idées à piocher. Allez y jeter un oeil! 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  • L'élève TDA/H dans la classe

    TDA/H: Trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité

    (ancien sigle: THADA)

     

    Avoir dans sa classe un élève diagnostiqué TDAH, c'est souvent être confronté à cela:

    - Des prises de parole intempestives, 

    - Une difficulté à respecter les règles de la classe

    - Une difficulté à rester assis, à être silencieux.

    - Des temps d'attention assez courts

    - Une mauvaise compréhension des consignes si celles-ci sont trop longues.

    - Et quelquefois, une mauvaise intégration dans la classe parce que trop perturbant. 

        

                                                                       Quelques ouvrages à se procurer pour comprendre ce trouble  et aider l'élève à l'école.

    Travailler avec un élève hyperactif  ici

     

     

    Une adaptation des méthodes pédagogiques est nécessaire. Voici quelques idées, conseils et solutions pour travailler avec un élève diagnostiqué TDAH:

     

     L'hyperactivité dit souvent impulsivité et inattention, donc:

     Au niveau de l'organisation de la classe:

    - placer la table de l'élève près de l'enseignant ou près d'un élève calme, loin d'une fenêtre ou d'une autre source de distraction. 

     

    - le nom de l'élève doit être inscrit sur toutes ses affaires

     

    - Préférez une boite en plastique plutôt qu'une trousse pour un repérage plus globale et rapide du petit matériel


    - mieux vaut travailler avec un cahier qu'avec un classeur

     

    - l'emploi du temps de la journée est affiché au tableau, on barre ou efface ce qui est passé au fur et à mesure. On peut aussi s'aider de la pendule de la classe.

    Dame Dubois

    - mettre en place des métiers qui permettent de répondre à son besoin de mouvement: distribuer les cahiers, effacer le tableau, circuler dans la classe avec la poubelle pour ramasser les papiers. Des règles précises sont à instaurer pour chaque métier. 

     

     

    Au niveau des consignes et du travail donné:

    - Eviter les consignes à rallonge. Une consigne précise à la fois. 

     

    - Utiliser des élèments visuels pour s'assurer de l'attention de l'élève au moment de la consigne:

    Un picto Ampoule  voir article ici ou le Give Me Five dont parle  Dame Dubois pour mettre en route les 5 moteurs de l'attention. 

     

     

    - Mettre en place un code non verbal défini entre l'élève et l'enseignant lorsque celui-ci ne respecte pas les règles. 

     

    - Ne pas mettre de dessin "pour-faire-joli" sur la fiche de l'élève.

     

    - Lorsque le travail est donné et lorsque le silence est souhaité, mettre sur la table de l'élève un picto "silence" ou essayer avec les Quiet critters.

    Dix mois

     

     

     Au niveau du rapport élève-enseignant:

    - Encourager, féliciter l'élève.

    - Mettre en place un renforcement positif 

    - Essayer de passer par un contrat mis en place avec l'élève

     


    4 commentaires
  • Tout d'abord, procurez vous ce livret "Le TDAH et l'école" (voir ici). Il explique le trouble, son impact sur les apprentissages et des solutions à mettre en place. On trouve aussi le livret "Estime de soi et TDAH".

     Neuropsychologie et troubles des apprentissages, de Michèle Mazeau. 

    Guide de survie pour les enfants présentant un TDAH, de John F. Taylor

     

     

    Ouvrages sur le TDAH   Et les albums...

    Ma bouche est un volcan de Julia Cook

    avec le texte en français, trouvé chez Dixmois ici

    Le lion dans la tête de Ludovic de Kristien Dieltiens

    Samuel le tornade de Katia Candari

     


    votre commentaire
  • Avant la lecture de cet article, il faut prendre en compte l'explication de certains sigles (et oui dans l'ASH il y en a beaucoup!!)

           

    CLIS : CLasse d'Inclusion Scolaire

    AVS : Auxiliaire de Vie Scolaire AESH: Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap

    CAPA-SH : Certificat d’Aptitude Professionnelle pour les Aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en Situation de Handicap

    CDA Commission des Droits et de l'Autonomie de la Personne Handicapée

    MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées

    ESS : Equipe de Suivi de Scolarisation

    PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation

    IME: Institut Médico Educatif

    IMP : Institut Médico Pédagogique

    ULIS : Unité Localisée d'Inclusion Scolaire

    EGPA : Enseignement Général et Professionnel Adapté

    ITEP: Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique

    EREA: Etablissements Régionaux d'Enseignement Adapté

                                                                                                                 

    ... Mais bien sûr il en manque. Allez donc jeter un coup d'oeil sur Le p'tit-blog-de-l'ASH qui recense tous ces sigles.

     C'est fait? Bon..... Et maintenant place à quelques explications:

     

     

     C'est quoi une CLIS ?

    Une CLIS est une Classe d'Inclusion Scolaire :

    • Elle se situe dans une école élémentaire 

    • Elle peut accueillir jusqu'à 12 élèves de 6 à 12 ans en situation de handicap

    • Elle permet d'apporter des réponses aux besoins éducatifs de ces élèves (enseignement et matériel adaptés, présence d'une AVS etc...)

    • L'enseignant de la CLIS est un enseignant spécialisé. En plus des compétences de l'enseignant, il connaît et assure les compétences de l'enseignant spécialisé et a obtenu le CAPA-SH option D.

     

    Il existe quatre types de CLIS :

    • CLIS 1 (ou D) ont vocation à accueillir des enfants présentant des troubles importants des fonctions cognitives. Ces classes, les plus répandues (parmi les CLIS), accueillent les enfants ayant des problèmes cognitifs (retard mental global, difficultés cognitives électives, troubles psychiques graves, troubles graves du développement...).

    • CLIS 2 (ou A) ont vocation à accueillir des enfants présentant des troubles auditifs importants (sourds ou malentendants).

    • CLIS 3 (ou B) ont vocation à accueillir des enfants présentant des troubles visuels importants (aveugles ou malvoyants).

    • CLIS 4 (ou C) ont vocation à accueillir des enfants présentant une déficience motrice grave ou un trouble de la santé évoluant sur une longue période et/ou invalidant.

     

    Dans quelques départements des "CLIS dys" ont vu le jour : elles accueillent des enfants ayant un trouble (ou des troubles) cognitif spécifique (dyslexies, dysphasies)

     

     

     Pour qui la CLIS ?

    Attention: une situation de handicap n'implique pas nécessairement une scolarisation en CLIS. Au contraire, dans la mesure du possible l'enfant concerné sera scolarisé en classe ordinaire, avec éventuellement des aides spécifiques.

    Pour intégrer une CLIS, la situation de handicap de l'enfant doit avoir été préalablement détectée (par la famille ou l'école). Des procédures se mettent alors en place et l'affectation doit être notifiée par la CDA ou CDAPH siégeant au sein de la MDPH .

    L'équipe pluridisciplinaire élabore le PPS. La CDA oriente l'enfant, après validation par ses parents, dans une CLIS du secteur.

     

    Meroute a écrit un article sur les procédures que l'enseignant doit mettre en place pour lancer une orientation en CLIS --> ici

    Sylvie Castaing explique les démarches à suivre sous forme d'organigramme.

     

    CLIS ???

    CLIS ???

     

     

     Pourquoi la CLIS ?

    Les CLIS ont pour vocation d’accueillir des élèves en situation de handicap dans des écoles ordinaires afin de leur permettre de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire.

    Le rôle de l'enseignant de CLIS est de faire en sorte que le parcours scolaire de l'élève se passe le mieux possible.

     

    Il met en place un projet individuel : il prend en compte les difficultés de l'enfant face à un apprentissage et détermine les objectifs à atteindre grâce à des adaptations qu'il cherchera à mettre en place. L'enseignant s'appuie sur les Programmes de l'école primaire. Ce projet individuel peut être présenté aux parents.

    On peut voir ici un exemple de projet individuel.... et ici des exemples d'adaptations.

     

    La CLIS permet de mettre en place des inclusions : l'élève va travailler et participer à la vie d'une autre classe. Quelques heures par semaine, il se retrouve dans une classe avec un effectif différent de celui qu'il connaît en CLIS, face à un autre enseignant. L'enseignant de la CLIS et celui de la classe d'inclusion décident des objectifs à atteindre et des adaptations à mettre en place pour favoriser au mieux l'inclusion.

     

    La dynamique de groupe est favorable aux apprentissages. Mais difficile de créer un sentiment de groupe quand l'enseignant est face à de multiples niveaux, à plusieurs groupes de travail, plusieurs inclusions, une classe pas tout le temps complète...L'enseignant de la CLIS conçoit un Projet de Classe pour consolider le groupe et déterminer des objectifs communs.

    Il y a un exemple ici.

     

    Tous les ans, des ESS sont organisées. Ce sont des réunions-bilan de la scolarité de l'élève avec la présence des adultes qui l'encadrent et l'entourent (parents, orthophoniste, éducateurs, SESSAD etc..). L'enseignant met à jour le volet pédagogique du PPS de l'élève.

     

     

     Et après la CLIS ?

    Les orientations les plus courantes après la CLIS:

    • en IMP/l'IME : ce sont des instituts qui accueillent les élèves après 12 ans. Une équipe pluridisciplinaire, (personnel éducatif, médical, paramédical, psychologique et social) va travailler conjointement pour mettre en œuvre le projet de l'élève. 

    • en ULIS (j'ai tendance à dire aux parents : « C'est la CLIS au collège ! ») De la même manière qu'à l'école primaire, c'est une section spécialisée au collège avec un seul enseignant qui met lui aussi en place des inclusions avec les classes de 6e, 5e...

     

    D'autres orientations possibles:

    • en EGPA : Enseignement général et professionnel adapté. Cette section du collège accueille les élèves présentant de graves difficultés d'apprentissage. L’organisation des cours est la même qu'au collège classique.

    • en ITEP: Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques sont des établissements médico-éducatifs qui ont pour vocation d’accueillir des enfants ou des adolescents présentant des troubles du comportement importants.
    • en EREA: Ce sont des établissements scolaires adaptés, et non des établissements médico-éducatifs. Leur mission actuelle est de permettre à des adolescents en difficulté ou présentant des handicaps d’élaborer leur projet d’orientation et de formation

     

    Lorsque l'élève est dans sa 12ème année, l'ESS concernera avant tout son orientation et se déroule avant le mois de décembre. En général et selon les endroits, le manque de place dans les différents établissements obligent la décision de plusieurs options. 

    Exemple:

    Option d'orientation 1: L'élève est orienté en ULIS

    Option d'orientation 2: L'élève est orienté en mi-temps ULIS, mi-temps EGPA

    Option d'orientation 3: L'élève est orienté en EGPA.

    En dernier recours, le maintien en CLIS peut aussi être envisagé.

     

     

    A feuilleter, à transmettre, à avoir dans chaque école: Le ministère de l'EN a édité le "Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés"

    CLIS ???

     Télécharger «Guide_pour_la_scolarisation_des_enfants_et_adolescents_handicapes_211524.pdf »

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique